Mustradem - Musiques Traditionnelles de Demain
Newsletter #72 septembre octobre 2021
Édito Encore du chaos en soi

- Alors cette rentrée ? - Pas terrible, docteur. Je trouve que ça va cul par-dessus tête. - Excellente entrée en matière ! Vous étiez pas danseur, vous, dans le monde d'avant ?? - Ben justement, je ne sais plus sur quel pied danser. - Racontez-moi ça. - D'un côté, on sent bien qu'on nous prépare un monde tout pourri avec des flashcodes tous les 10 mètres et une potion de paroles à l'usage de débiles mentaux, et où ceux qui ne sont pas dans les clous devront bientôt payer pour aller bosser. Même si c'est momentané. De l'autre, il y a une rhétorique de résistance à laquelle j'adhère pas forcément non plus. Et, des deux côtés, des gens dont on a l'impression que ça ne leur viendrait pas à l'idée que ça serait peut-être le moment de se poser 5 mn pour réfléchir. - Et vous en déduisez quoi ? Que tout est dans tout ? Que les extrêmes se touchent ? - Dites pas ça, docteur, vous m'excitez. Ben non, mais je peux pas m'empêcher de faire des rapprochements, des associations d'idées... - Par exemple ? - Eh bien les danseurs. - Quoi, les danseurs ? - Y en a que pour la danse. Dans mon milieu, personne ne parle plus de musique. Seulement de danse. Dans mes cauchemars, je suis poursuivi par des hordes de danseurs qui veulent des mazurkas toute la nuit quand moi j'ai envie de jouer du free jazz. - Picolez un peu moins avant de vous coucher, ça passera. - C'est plus fort que moi, docteur, il me semble que plus c'est n'importe quoi, mieux la foule se rassemble. Vous avez entendu « Danser encore » ? C'est insupportable, non ?! - Question de goût. Vous verrez, ça ira mieux quand vous aurez repris les concerts. - Ça c'est vrai, mais justement ça fait quand même plus d'un an qu'on nous empêche de bosser pour des motifs fallacieux, pour rester poli. - Et vous ne pensez pas que c'est pour votre bien ? - Les pires catastrophes sont arrivées au nom du Bien. - Je vois que ça ne s'arrange pas... - Et en face, youplaboum, on a des gens qui ne parlent que de danser. Je fais danser les gens depuis 40 ans, mais de plus en plus, je trouve que les bals deviennent une succursale de 60 millions de consommateurs. C'est peut-être parce que j'en fais moins qu'avant. - Aaha, nous y voilà. Vous me creuserez ça pour la prochaine fois.
- Vous avez lu Kundera, docteur ? - Un peu, sur la plage. - Dans la 3e partie, Les anges, du Livre du rire et de l'oubli, Kundera utilise la danse collective comme une métaphore terrifiante de l'aliénation consentie. En 1948, la Tchécoslovaquie est annexée par l'URSS, Kundera est alors communiste. Les jeunes applaudissent le changement de régime en dansant dans la rue. La ronde fermée devient dans son récit le symbole de la joie majoritaire, celle qui a raison, qui détient la vérité et les rênes juvéniles du pouvoir. Vous ne pouvez pas exprimer une idée qui va à l'encontre du flux. Impossible de remonter le courant. Soit vous êtes dans la ronde, soit vous n'existez pas. Et finalement la ronde décolle du sol, s'envole vers les hauteurs lyriques de la concordance totale de l'idée et de l'image, là où il n'y a plus aucune place pour le doute. Ecoutez ça : « Moi aussi, j'ai dansé dans la ronde...Je tenais par la main ou par les épaules d'autres étudiants communistes...Puis un jour, j'ai dit quelque chose qu'il ne fallait pas dire, j'ai été exclu du parti et j'ai dû sortir de la ronde. Pareil à la météorite arrachée à une planète, je suis sorti du cercle et, aujourd'hui encore, je n'en finis pas de tomber. (…) Ces autres (dont je suis) gardent toujours en eux comme une secrète nostalgie de la ronde perdue, parce que nous sommes tous des habitants d'un univers où toute chose tourne en cercle. »

- L'histoire de Kundera n'est pas la vôtre, vous n'avez pas à vous encombrer de sa culpabilité. Et sinon, qu'est-ce que vous avez fait de beau récemment ? - Ben justement, docteur, je me suis fait mettre un goupillon dans le nez... - Un écouvillon. - Ah oui. Tiens, pourquoi j'ai dit goupillon ? - Faut voir. Donc, pas vacciné ?? C'est du joli !! Gaulois réfractaire, rebelle égoïste ! - C'est ça, et j'ai aussi piqué la Joconde et braqué la Banque de France. Soyez pas désagréable, docteur, sinon je pars sans payer. Donc, j'ai fait un test, et dans les deux jours qui ont suivi tout y est passé : resto, ciné, piscine, concert, musée...Le Musée de la Résistance à Grenoble, en particulier, j'y tenais. Il y a une expo  sur les bals clandestins pendant la guerre, j'ai des amis qui font un truc là-bas en septembre (1). - Et alors ? - J'ai appris des choses. Par exemple, en Bretagne, à Lannion, le montant de l'amende pour l'organisation d'un bal sans autorisation était de 60 fr. - C'est pas cher ! - A l'époque, ça valait 2 jours de travail d'un ouvrier non qualifié. Et puis, les Français ont interdit les bals de leur propre chef, avant que les Allemands n'arrivent : on ne danse pas quand le pays est en guerre, c'est mal. Quand tout est perdu, le seul moyen de tenir les gens, c'est la moraline. Eloquent, non ?! D'ailleurs l'interdiction de danser a été maintenue jusqu'au 30 avril 45, Paris était libéré depuis déjà 8 mois ! Ce qui est drôle, c'est que les Allemands n'ont pas interdit les cours de danse. Mais pour éviter que ça ne devienne une pépinière de bals clandestins, ils ont juste exigé qu'un examen professionnel d'enseignement de la danse soit mis en place ! Du coup j'ai compris pourquoi encore aujourd'hui, ça freine si fort pour intégrer la danse traditionnelle au cursus du Conservatoire : c'est parce qu'enseigner la danse, c'est nazi !! - Je note : augmenter les doses. Et puis ? - Vous rigolez, docteur, mais pour ouvrir un cours de danse, il faut encore faire une déclaration en Préfecture.

- Tiens, j'y pense, vous qui lisez beaucoup... - Je ne lis pas beaucoup, je lis un peu. Avant, je lisais beaucoup. - Bref, vous qui lisez, y a pas un philosophe qui a écrit quelque chose là-dessus ? - Sur quoi ? - La danse. - Ah oui, c'est Nietzsche. « Pour pouvoir engendrer une étoile qui danse, il faut en soi-même encore avoir quelque chaos. » C'est dans Zarathoustra. Mais vous savez, docteur, les gens qui connaissent ça n'ont en général pas lu la moindre ligne de Nietzsche. Et puis, il a écrit un peu tout et n'importe quoi, Nietzsche. Par exemple, « si tu vas voir les femmes, n'oublie pas ton fouet » (2). D'ailleurs, docteur, vous avez vos cuissardes ? Si on arrêtait de parler ?

Christophe Sacchettini
tofsac@mustradem.com 

 

  1. Norbert Pignol et Denis Plassard. Vous n'irez plus danser ! Les bals clandestins 1939-1945, au Musée de la Résistance (Grenoble) jusqu'au 3 janvier.
  2. Dans Zarathoustra également, mais ça n'est pas lui ni Zarathoustra qui le disent.

 

Milan Kundera, Le livre du rire et de l'oubli, trad. F. Kérel, Nrf / Gallimard, 1979
Friedrich Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra, trad. M. de Gandillac, Idées / Gallimard, 1971
Alain Quillévéré, Bals clandestins pendant la Seconde Guerre mondiale, Skol Vreizh, Morlaix, 2014

 

Le titre auquel vous avez échappé : « Texte antigénique ».

 
NORBERT PIGNOL ET DENIS PLASSARD

Ils animeront un bal chorégraphié pour les Journées du Patrimoine (18 septembre) au Musée de la Résistance (Grenoble) à l'occasion de l'exposition Vous n'irez plus danser (les bals clandestins 1939-1945).

 

 
DUO BROTTO-MILLERET

Le 24 septembre paraîtra La part des anges, recueil de partitions de l'album éponyme !
Un clip sera mis en ligne sur la chaîne YT, prémices d'un nouveau projet en trio. Abonnez-vous !

Enfin, les Sparks du diato français seront en Béarn (84), à Lasseube (24 septembre) et Osse-en-Aspe (le 25) : au programme bal, stage, concert-bal, pinard et canard.

 
VIDEOS PEDAGOGIQUES

La série de la rentrée qui enfonce Lupin et la Casa de papel, c'est la 5e saison des vidéos péda diato. Cette année, c'est l'ami Cyrille Brotto qui s'y colle ! Le 1er épisode est sorti. 

 

 
FRERES DE SAC 4TET

Après un été...sportif, le combo familial participera à la tournée Les Allées Chantent en Isère : une série de concerts dans des lieux étonnants.
Le 1er octobre à Artas, le 2 à Vinay, le 3 à Passins...
avant de rejoindre le projet Confluence nordique avec l'ENM de Villeurbanne (69).

 
GROENLAND MANHATTAN

Le spectacle continue ! Le bédéconcert de Stéphane Milleret et Sébastien Tron au service de la bédé de Chloé Cruchaudet, le 14 octobre à Toulouse (31).

 
ALBERT ET ZEPHYR

On entendra Albert et Zéphyr, le tour de chant de Marie Mazille, accompagnée de Patrick Reboud et Christophe Sacchettini, dans une série de concerts "à domicile" : le 17 septembre à Grenoble, le 18 à Francin (73), le 6 octobre à nouveau à Grenoble (Au clair du quartier), le 21 à Annemassse (74). 

 
IN SITU BABEL

L'équipe d'In Situ Babel (Marie Mazille, Léa Dessenne, Norbert Pignol, Patrick Reboud et Christophe Sacchettini) continue son glanage sur l'agglo d'Annemasse (74) du 28 au 30 septembre, du 19 au 21 octobre, du 2 au 4 novembre, du 15 au 17 novembre.

 
PRESENCE

A l'occasion de l'exposition Présence de Robert Kéramsi et Frédéric Lallemand, Christophe Sacchettini participera à une performance en compagnie de Robert Kéramsi (sculpteur), Didier Bonnardel (danseur aérien) et Michel Arbatz (poète, accordéoniste), le 19 octobre à St-Martin-en-Vercors (26).
Organisateur : Causes aux Balcons

 
SORTIE CD

On ne s'en lasse pas, du CD A la verticale, à l'horizontale de Marie Mazille et Adeline Guéret. Des reprises trad, des chansons issues du confinement, plein de surprises sonores, un visuel magnifique, une pléiade d'invités mustradémiens (Frères de Sac 4tet, Fabrice Vigne, Norbert Pignol, Patrick Reboud...) ou issus de ce quartier un peu à part qu'est la Villeneuve de Grenoble. Et des voix, des voix, des voix !
Disponible sur la boutique. 

Visuel : Mireille Burlat-Thoma

 
FRAISEBOUC
  • Rendez-vous quasi quotidiens sur notre profil FB pour y suivre l'actualité des artistes du collectif : concerts, bals, stages, clips, éditos...et de quelques-uns de nos amis.
  • La page FB d'In Situ Babel qui vous donne des nouvelles de la résidence dans l'agglo d'Annemasse
  • La page Mydriase (stages)

 

 
COPINAGE

Le 21 septembre aura lieu à Seynod (74) un concert en hommage à Jean-Marc Jacquier, avec nos amis les Trouveur Valdotèn...Une des multiples propositions du festival L'Automne des Empreintes Sonores.

Jac Lavergne vous propose de souscrire au nouveau CD de la Cie Léon Larchet L'hommage aux trapézistes - 2e salto. C'est ici.

 
BOUTIQUE

Nouveautés :

Adeline Guéret / Marie Mazille "A la verticale, à l'horizontale" (CD)
Kaz Kan Zie "Pays de Kau" (CD)
Cyrille Brotto "Valse de l'instant" (Vidéo pédagogique)

A paraître :

Duo Brotto-Milleret "La part des anges" (Recueil de partitions et tablatures)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
          
 
Si vous ne souhaitez plus recevoir cette newsletter, merci d'envoyer un mail à lettre@mustradem.com
Vous n'arrivez pas à voir cette newsletter ? Cliquez ici